Erika Knight




http://www.erikaknight.co.uk/


“Inspirator “ ? vous ne trouverez pas ce mot dans le Larousse. Et c’est justement ce qui vous donne une petite idée de la façon dont cette jeune femme, qui a travaillé dans tous les domaines de l’industrie textile et de la maille avec des enseignes de grande distribution comme M&S ou des créateurs comme Vivienne Westward, aborde la vie : si la vie ne t’offre pas ce que tu veux, invente le !

 « Je capte des influences absolument partout puis je fais le tri ». 

 

Erika affina ses talents artistiques à l’Ecole des Beaux Arts de Brighton durant les jours heureux de la fin des années 70. Elle aurait pu se lancer dans la mode ou les beaux arts, choisir ce dernier et passer la moitié de son temps à faire des incursions au département Mode pour dénicher des matières et des textures qu’elle aurait pu utiliser dans son travail artistique.  

 

C’est sa grand-mère qui lui a appris à tricoter – sa première réalisation fut une écharpe en tweed jaune pour un personnage de série télévisée enfantine, le chat Willum. Ceci lui valu de gagner une photo (avec une empreinte de patte) et la satisfaction profonde d’avoir fait quelque chose d’original.

 

Après quelques faux départs elle décida de se centrer sur sa passion et « armée de beaucoup d’ignorance et d’enthousiasme », elle se lança avec un partenaire artiste, Ian Harris, ce qui devint une marque à succès de tricots fait-main, «Molto ». « J’avais créé des tops – 2 simples carrés, finis à bords crus, juste assemblés. Nous avons fait du porte à porte dans tout Londres, vendant dans des boutiques comme Browns, Jones and Joseph puis j’ai emprunté 300 £ à un ami, pris un stand dans un salon à Paris et reçu pour 300 000£ de commandes. »

 

Du jour au lendemain il a fallu recruter du monde, beaucoup, avec les bonnes compétences. 1000 travailleurs à domicile (principalement des femmes) plus tard, Molto créaient des tricots qui se vendaient dans le monde entier et Erika était recherchée en tant que détecteur de tendance.

 

En plus de son métier de consultante en design, Erika anime des conférences, écrit des livres, développe de nouveaux fils et réfléchit à l’ouverture d’une boutique en ligne (regardez sur www.erikaknight.co.uk). La durabilité en est le thème commun – le dernier livre utilise des fils naturels pour bébés et ses dernières expérimentations de fils concerne le chanvre, le bambou, le soja, le maïs et même la protéine de lait. Poursuivant sa longue collaboration avec Rowan elle a participé avec grand intérêt, au lancement de la gamme Purelife. Elle est convaincue de la résurgence de l’intérêt pour les métiers authentiques.